Accueil > L’Armoricaine

L’Armoricaine

Dernier ajout : 21 février.

  • Caractéristiques

    22 octobre 2010

    L’Armoricaine est une vache mixte de taille moyenne, d’origine laitière mais qui peut facilement être élevée pour la viande. Sa robe est rouge (entre marron foncé et rouge acajou) avec quelques taches blanches, surtout sur le ventre et les pattes. Les muqueuses sont claires et le bout de queue blanche. Le cornage se développe en croissant vers l’avant.
    Les vaches mesurent de 1,30 m à 1,40 m au garrot pour un poids adulte de 600 à 700 kg. Les mâles pèsent de 800 à 1000 kg.
    On estime sa production (...)

  • Origines

    21 octobre 2010

    L’Armoricaine résulte des croisements réalisés au XIXè siècle entre la Bretonne Pie-rouge dite "de Carhaix" et la Froment du Léon avec la race anglaise Durham. Cependant, son histoire est bien plus complexe ! Voici ce qu’en dit Laurent Avon, ancien technicien de l’Institut de l’élevage :
    L’histoire de la race Armoricaine commence en 1840 avec l’achat, par la Société d’Agriculture de Brest, à la vacherie de l’Ecole Vétérinaire de Maisons-Alfort, du taureau "Metellus" de la race anglaise Durham (...)

  • Perspectives

    20 octobre 2010

    Au 31 décembre 2011, la race comptait 166 vaches chez plus de soixante-dix éleveurs. Depuis le début des années 1990 les effectifs ne cessent d’augmenter, même s’ils restent modestes. Depuis 2007, une trentaine de génisses sont élevées chaque année ce qui devrait permettre à la race de se développer. La diversité génétique de la race est satisfaisante grâce aux semences conservées par les centres d’insémination et les taureaux en "réserve génétique" ont presque tous été renouvelés par au moins un fils. (...)

  • Gène culard & génétique des taureaux

    19 octobre 2010

    Le gène "culard" provoque chez les bovins une hypertrophie musculaire parfois recherchée pour augmenter le poids et la conformation des carcasses. Il est appelé "mh" et est récessif. Pour avoir un vrai culard il faut donc deux gènes culards (animal homozygote : mh/mh), un du père l’autre de la mère. Cependant la présence d’un gène récessif (hétérogygote : mh/+) peut provoquer une hypertrophie légère. Le premier veau culard Armoricain à l’âge d’un mois : Une étude de l’INRA en 2001 avait conclu à (...)

titre documents joints

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0